Maîtresse
Maître

Une scarification pour ma soumise

BDSM et scarification

Membres présentement en ligne

Tu étais sous mon emprise, tu étais envoûtée dans ce plaisir de scarification, ne voulant pas continuer, mais comme prise d'une force irrésistible à m'obéir. Ma soumise, notre soumise. C'est grâce à JALF si je t'ai rencontré! Les yeux d'une femme, de ma femme qui regardait émergé ta chatte épilée, montrant cette petite fente serrée, tes lèvres bien collées les unes sur les autres. Tu plias le dos, pour me laisser plus de place sur tes fesses pour la scarification. Dans la pénombre, où était assise ma femme, tu sentais du mouvement et tu aperçus une de ses mains sur son genoux. Elle se caressait.

Juste cette idée t'excitais. Que ma femme aime te voir subir une scarification te rendait toute joyeuse. C'est vrai que c'est son nom de Maîtresse que j'inscrivais doucement. Il ne reste plus qu'une lettre... et voilà. Je te demande maintenant de faire descendre ta culotte que tu avait sous les fesses mais jusqu'aux genoux seulement.
-Écarte tes jambes de telle sorte que ta culotte soit empêchée de tomber au sol. En aucun cas elle ne doit tombée.
Tu écartas grandes les jambes. La culotte se tendit, comme si elle formait un lien juste au-dessus des genoux. Ton oeil qui regardait de temps à autre en direction de ma femme vit qu'elle avait sa main plus haut sur sa cuisse.

Puis tu entendis sa voix, raide, autoritaire, qui ordonnait
-Caresse-toi petite.
Les mots arrivèrent dans ta tête comme des coups de carabine. La demande, si directe, si brutale, si rapide. A froid comme cela, sans préparation, après une scarification, comme une automate, comme une poupée, comme un pute qui fait ce qu'on lui demande. Tu tournas vers moi des yeux suppliant. Tu compris que je ne céderais pas moi non plus. Tu te sentais de plus en plus prise au piège, servante d'un couple pervers, objet de plaisir de deux vicieux complices. Tu plaças ta main droite sur ton ventre et commença à faire des cercles.

Je m'approchai de toi et je commençai à défaire les boutons de ta blouse. Était-ce mes mains sur ton corps, ma présence plus près, toujours est-il que tu sentis qu'il coulait de ta chatte, un mince filet de mouille. Si tu croyais que tu ne voulais pas faire ça, ton corps te trahissait et toute cette moiteur, cette humidité révélait à tous que tu étais en chaleur. Tu souhaitais que personne ne voit un signe aussi évident que tu étais une petite cochonne. Ma main te dénudait le haut du corps. Je te laissais comme une intimité avec ma femme. Je savais qu'elle regardait ta main, qui avait bien descendu et tes doigts qui touchait le haut de ta chatte.

Tu évitas de frotter ton clitoris, tellement tu étais tendue. Tu frottas ta chatte, caressant doucement le long de tes grandes lèvres. Le lubrifiant faisait tes doigts encore meilleurs. Puis tu vis que ma femme avait elle aussi relevé sa jupe, elle avait glissée une main sous sa culotte et tu voyais que ça bougeait sous le tissu de sa culotte. Les manches de ta blouse glissèrent sur tes bras et celle-ci se retrouva au sol, dans ton dos. Tu sentis mes doigts dans ton dos, jouant maladroitement après l'agrafe. Puis tu sentis les bonnets du soutien-gorge qui se dégageait de tes seins et en un rien de temps, tu avais les seins à l'air, si beau, faisant de toi encore plus une femme, te révélant encore plus belle, plus excitante encore au plaisir de te regarder que ma femme faisait de toi.

Ta main alla plus vite, tes doigts ayant trouver ton bouton qui était tendu, sorti de son capuchon, appelant les caresses. Tu te masturbais, sans retenue. Tu entendis des sons, la voix de ma femme. Tu savais que l'épouse de ton Maître se faisait jouir à te regarder. Tu plias les genoux, sans t'en rendre compte, tu fermas les jambes pour mieux goûté le plaisir qui s'avançait en vague si bonne, laissant le tsunami de plaisir déferler en toi, te faire avoir des spasmes, puis des sons rauques, comme un peu des cris, presque comme des pleurs, pendant ta jouissance et cette sensation bizarre du tissu qui glisse le long de tes jambes, sur tes mollets, pendant ton orgasme, la culotte qui frôle tes jambes, qui tombent, que tu ne retiens pas, ton plaisir étant trop grand, tu désobéis, la culotte qui caresse tes chevilles...




VOIR AUSSI esclave sexuel et rencontres Sado-Maso

Scarification, rencontre BDSM et plus encore!


plus sexy echangisme sex rencontre coquine Pyrénées-Atlantiques mélangiste chat cam rencontre érotique Saint-Jérôme site rencontre libertin bretagne le fantasme site libertin rencontre libertine Isère

Tous droits réservés - Réalisations TrémaR Inc. 2000-2015