sadomaso
sadomaso

Sadomaso et domination

sadomaso

Membres présentement en ligne

Elle s’approcha de moi, repoussa Cindy sans ménagement et me masturba frénétiquement jusqu’à ce que je la supplie d’arrêter. Brutalement, une quadruple décharge sadomaso, partie de je ne sais où, me cueillit au creux des reins et me fit mettre un genou à terre. Cindy, animée par une soudaine pulsion sadique, ajouta:
-Si c’est aussi radical, Milli, tu ne devras plus craindre de te pâmer et nous laisser profiter de ta petite chatte si juteuse autant de fois que nous le voudrons.
-Ordonnez et j’obéirai ! Si c’est pour mon bien et pour que je me corrige, il ne faut pas avoir peur de m’éprouver.

Vous savez bien que j’aime bien souffrir.
-Très mauvaise réponse qui montre que tu n’as rien compris. Nous ne sommes pas ici pour faire ce que tu as envie qu’on te fasse mais ce qui nous excite nous, et qui te permettra de te corriger.
-Justement, le courant sadomaso qui est passé dans mon dos, je n’aime pas, mais alors pas du tout et je n’ai pas envie que ça recommence. Je serai sage maintenant.
-Ah, enfin quelque chose qu’elle n’aime pas ! Tu devrais nous remercier et admettre que je t’ai bien aidée sur ce coup là. Moi, je pense que pour te déshabituer de jouir à tout bout de champs, il faudrait te conduire au moins autant de fois à la porte de l’orgasme que tu ne te masturbais chaque mercredi.

C'est-à-dire…
-Pas plus de cent fois quand même…
-Disons cent cinquante fois ! Quand nous en aurons marre de voir tes fesses, tu te masturberas devant nous pour atteindre le chiffre fatidique.
-C’est beaucoup moins gai que quand vous le faites…
-Encore une mauvaise réponse. Disons deux cent fois une petite décharge sadomaso et on n’en parle plus. Ce sera facile à vérifier, les stimulateurs sadomaso possèdent un compteur d'impulsions. Allez ! Je suis trop bonne. Je veux bien me dévouer pour t’aider à y arriver. J’ai un gros vibro dans mon sac avec une petite tête ventouse qui devrait plaire à ton gros clito.

En échange je serais d’avis que tu ne reçoives à manger que si tu te montres capable de t’envoyer en l’air un minimum de deux cents fois par jour...
La suite de la discussion fut plus ardue à suivre. J’ignorai bien entendu l’usage d’un vibromasseur et pour tout dire, je ne savais même pas que cela existait. Par contre, j’ai appris pourquoi j’avais un titi plus gros que les autres filles. Quand Cindy ventousa le titi, elle fit remarquer à Annette que j’avais probablement dû me déchirer le frein en me frottant sur la rampe.
-Elle s’est circoncise toute seule. Pas étonnant qu’elle soit aussi chatouilleuse du bouton.

C’est un gros point faible, ça, ma petite mouilleuse. Va te mettre dans le fauteuil et écarte bien tes cuisses !
Le vibro, c’est un truc bizarre. Chez moi, cela fait un effet bœuf. En moins d’une minute, j’étais sur le quai d’embarquement avec déjà un pied sur la passerelle. Annette a trouvé plus coquin de m’envoyer sa décharge juste au-dessus du genou pour voir ma cuisse se contracter. J’ai vu le bateau partir sans moi trois fois de suite. Le problème, c’est que Cindy n’a pas prétendu arrêter son vibro et le bateau revenait de plus en plus vite au quai pour m’emporter. Ma cuisse n’était pas encore tout à fait relâchée du coup précédent qu’elle repartait dans une deuxième contracture et ainsi une dizaine de fois de suite de suite.

Une sorte d’orgasme permanent avait pris possession de mon ventre. Je coulais comme corniche qui fuit. Je sentais mon utérus se contracter comme si j’allais accoucher. Elles ne me laissèrent aucun répit. Je ne pouvais même plus parler pour leur demander d’arrêter de faire vibrer titi. Quand Stéphanie, finalement, se décida de s’interposer...

sadomaso, webcam BDSM, rencontre et bien plus encore sur JALF!


rencontre BDSM Rouen fille en ligne couples erotiques clube echangiste belles chattes femme forte rencontre érotique Centre-du-Québec rencontre dordogne cokin sex bondage

Tous droits réservés - Réalisations TrémaR Inc. 2000-2015