rencontres sexy
rencontres sexy

rencontres sexy

rencontres sexy

Membres présentement en ligne

Je suis brune à la peau mate. J'ai trente-deux ans et papillonne pour disons, me cultiver... Mon mari a le même âge que mon frère c'est à dire quarante-quatre ans. Également je trouve qu'ils ont le même caractère, d'ailleurs ils s'entendent très bien. C'est l'évolution de notre couple sur le plan sexuel qui m'a poussé à raconter à mon mari les flirts poussés que j'ai eu avec mon frère. Je ressens beaucoup de plaisir, je suis très émoustillée à l'idée que beaucoup d'hommes et de femmes aussi peut-être vont lire mon histoire. Je prends de plus en plus d'aisance dans mon corps et dans nos relations avec mon mari.

Ce qui était loin d'être le cas lors de nos premières rencontres, c'est-à-dire à vingt-sept ans.
Je suis une femme de ville et m'habille comme tel. Je précise cela pour vous mettre en bouche (et moi aussi). J'aime les ensembles de temps en temps femme d'affaires ce que je ne suis pas (juste secrétaire de direction) de temps en temps décontractés et légers l'été. Je découvre la séduction avec l'apparence, c'est l'âge venant qui veut cela certainement. Je n'en avais pas besoin au début. Disons que je ne m'en souciais pas et étais très amoureuse. C'est encore le cas aujourd'hui je le précise, mais c'est aussi d'une autre façon...

Je mesure 1,72 m suis sans me vanter jolie à regarder. J'ai les cheveux raides mi-longs coiffés moderne et toujours entretenus. Je fais presque du 100 de poitrine, c'est peut-être ce qui me gêne le plus quand je cours notamment. J'apporte de plus en plus de soins à ma personne. Ainsi j'ai découvert l'épilation des jambes, du maillot, les masques du visage... les salles de remise en forme. Je n'avais pas le temps de tout cela avant avec ma fille, mais depuis que mon mari à eu une promotion comme ingénieur informaticien, nous avons une aide alors j'en profite.
Également mon mari m'a incité au fil du temps à me vêtir de plus en plus sexy.

Surtout pour les dessous. Au début je ne le souhaitais pas. Et puis au fil du temps, une très belle culotte bleue diaphane par-ci pour un anniversaire puis l'ensemble slip soutien-gorge noir par-là... C'est très beau et très agréable à porter même si ça devient un peu gênant à la longue pour mes seins. Mais je me suis prise à aimer cela et je m'en rends compte maintenant, mine de rien, je n'ai jamais rien refusé de ce que mon mari me ramenait et plus, je l'incitais. Ainsi j'ai des bodys, des portes jarretelles, j'adore ça, avec de très beaux bas. Peut-être parce que j'aime beaucoup mes jambes. C'est très agréable d'être harnachée de porte-jarretelles, bas et slip par dessus.

Ca nous plaît beaucoup. Mon mari lui suivait une idée bien précise, j'ai l'impression. Rien ne l'excite plus que de me voir bien habillée en dessus et en dessous. Au début nous faisions l'amour au moins une fois la semaine, je ne me souviens plus exactement puis au fil du temps tous les quinze jours. Par contre ce qu'il aime beaucoup me faire (et que j'adore) sans pour autant me faire l'amour après c'est me lécher jusqu'à la jouissance. J'adore.
D'habitude je m'endors sur le côté, mais quand j'ai envie je reste sur le dos. Il comprend et ne tarde pas à venir me titiller les bouts de seins longuement, les faire ballotter aussi et me lécher le clitoris enfin..

Hummm. Une nuit j'ai entendu mon mari qui se masturbait. Ça m'a beaucoup excitée de l'entendre s'agiter en silence dans le noir en faisant attention que je ne me réveille pas. J'étais très intimidée aussi. Les autres nuits je faisais attention mine de rien et je me suis aperçue qu'il avait une véritable vie sexuelle seul. J'étais interloquée quand même et de plus en plus émoustillée. Puis je me suis rendu compte que c'était souvent quand je lui avais plu dans la journée ou le samedi soir quand nous sortions dîner. Une nuit que j'étais particulièrement disposée, j'ai posé mon avant bras sur son torse et fait semblant de m'endormir comme ça.

J'espérais qu'il recommence. Mon coude devait ne pas se trouver loin de sa queue au niveau du nombril.
C'est arrivé un quart d'heure après, j'y croyais pas. Lentement il a glissé sa main sur le drap jusqu'à sa queue et à commencer à se branler. Je n'osais plus respirer et en même temps je devais dormir. J'étais tout dans l'attente de la suite et s'il se faisait jouir j'allais en avoir sur le bras me semblait-il. À un moment j'ai remué un peu, il s'est de suite immobilisé. Alors j'ai eu cette audace folle pour moi, je lui ai dit " - continue si tu veux mon chéri, mais ne m'en mets pas sur le bras..

" Je pense qu'il a dû être paralysé un temps, puis tout bas il s'est mis à parler, me dire que depuis longtemps il le faisait, qu'il voulait m'en parler mais qu'il n'osait pas etc.. J'étais très excitée de l'entendre et n'attendais qu'une chose c'est qu'il recommence. Je me forçais à ne pas bouger puis quand il a eu fini de parler je lui ai répété "
- vas-y fais-le mais ne mouille pas mon bras ". Je ne sais pas ce que ça me faisait mais j'étais soufflée par mon audace. Lui habituellement dirigiste, coléreux par moments au point que je laisse souvent faire et décider se laissait aller à suivre mes conditions.

Il s'est bougé un peu, moi pas. Et il a recommencé doucement, mais je suivais distinctement son acte.
-Tu y arrives ?
- Oui j'ai mis ma queue perpendiculaire à mes jambes, je ne vais pas te toucher chérie.
J'étais bien, alanguie, mon bras sur son torse, très excitée et calme en même temps. Et ça durait pour mon plus grand plaisir. J'imaginais son jus sortir tout seul à l'air et non pas dans mon sexe.
-Ca vient? lui ai-je demandé.
-Oui ça monte mais mon gland frotte sur le drap et ma queue est tordue.
-Tu as mal ?
-Un peu mais je vais y arriver.
- Hum hum
Je soupirais d'aise vraiment telle une chatte.

Il se débrouillait tout seul devant moi. Nous étions au diapason ça me plaisait. J'avais envie de me toucher aussi, de m'enfoncer un doigt, de me pincer le clitoris aussi.
-Ça vient chérie...
- Oui ? vas-y alors.
En effet il s'est raidi et à eu des soubresauts. Mon bras sur son torse suivait le mouvement en restant lourd.
- Hummmm

-On va pouvoir dormir maintenant. Qu'est ce qui t'a donné envie de te branler ce soir ?
- Toi. Ta robe rouge de cet après-midi, je l'adore..
-Hummm, je la mettrai plus souvent si tu veux...
- Oui. Tu veux que je te lèche ?
- Oui et non, je suis tellement bien.

Demain peut-être, je te le dirai.
-Oui chérie.
Le lendemain, exprès j'ai gardé la robe rouge bien sûr. Et je sentais bien qu'il me regardait souvent.
-J'ai mis des bas bien sûr
- Montre s'il te plaît
-Hum hum, Ca va encore te donner des envies ça mon chéri, non ?
-Si montre, montre!!
Nous étions dans le salon debout. Brusquement il s'est mis un genou au sol le visage sur mes cuisses. J'ai souri et en le regardant dans les yeux j'ai soulevé ma robe fendue jusqu'à la lisière de mes bas. C'est là que j'ai compris qu'il adorait vraiment ça. Il dévorait des yeux mes cuisses découvertes sans bas.

Nous sommes restés longtemps ainsi, lui à m'observer, moi à me laisser voir. Je mouillais ma culotte.
-Attends je vais m'asseoir
Assis dans le canapé, j'ai soulevé à nouveau des deux mains ma robe sur mes mollets, puis au dessus de mes genoux, sur mes cuisses... Il était à genoux devant moi et me dévorait littéralement.
- Tu veux voir ma culotte ?
- Oui, oui montre!
Alors moi aussi j'ai eu envie de quelque chose.
- D'accord, mais mets-toi tout nu d'abord.

Stupéfait de ma demande, gêné aussi de se mettre nu au salon en pleine lumière il n'a d'abord pas bougé, puis d'un coup s'est décidé.


Assise, je l'ai regardé se mettre debout et enlevé tous ses vêtements. Quand il a baissé le slip, sa verge a tressauté et s'est maintenue à l'horizontale. Le gland se voyait bien. Il brillait. J'aurais voulu qu'il me lèche là. Il s'est agenouillé encore en matant mes cuisses toujours découvertes...
Je respirais par saccades et mes seins me faisaient mal. J'étais dans un état second de voir mon mari ainsi nu et moi habillée. Je savais qu'il voyait ma culotte au fond de ma robe. Il s'est pris la queue et a commencé à se branler.
-Chéri, oh chéri viens... s'il te plaît…
Je lui demandais, il l'a tout de suite compris, de venir entre mes cuisses pour la caresse ultime que j'adore.

C'était la première fois dans le salon en pleine lumière et curieusement je n'en étais pas gênée. J'avançais mes fesses au bord du canapé en écartant plus encore les cuisses. Les attaches de mes bas se tendirent sur mon porte-jarretelles noir. À deux mains je relevais encore plus haut ma robe rouge jusqu'à mon slip de dentelles noir. Imaginez... Je savais qu'il voyait le fond de ma culotte trempé et ça m'excitait vraiment beaucoup.
Il s'est baissé et a avancé son visage au centre de mes cuisses en m'embrassant partout. Moi je le matais pour la première fois, je regardais sa main branler sa queue luisante et ça me rappelait avec mon frère humm...


-Mets tes deux mains chéri...
Il a écarté brusquement mon slip sur le côté mais je voulais de la douceur, et le lui ai demandé.
- Doucement Chéri, lèche-moi longtemps s'il te plaît
- Oui, oui, tout ce que tu veux.

Je sentis alors sa queue battre sur mon tibia, mouiller un peu mes bas et ne pus pas m'empêcher de voir ça. Discrètement je redressais le torse et la vis... Il s'arrangeait peut être inconsciemment pour faire un mouvement de va-et-vient sur ma jambe. J'adorais le voir faire ça pour la première fois. Je me trouvais un peu folle. Tout un univers s'ouvrait là devant moi...


Très peu de temps après je pris un pied extraordinaire. Sa langue est divine et il sait me faire languir et me lécher comme j'aime. J'étais aux anges. Repue. Alanguie. Lentement il s'est redressé nu à genoux devant moi. J'étais bien mais bien... Je passais ma main dans mes cheveux en le regardant avec des yeux mouillés de plaisir.
Il s'est produit un blanc. Tous les deux nous savions qu'il attendait quelque chose pour se soulager. J'hésitais en souriant. Je savais que je devais le lui demander. Je le sentais, j'étais à nouveau très excitée.
-Tu veux te branler Chéri ?
Il me répondit d'une petite voix que je ne lui connaissais pas.


- Oui.
- Vas-y mon chéri, fais-le!

Mais j'eus le sens pratique (toujours mon côté délicat), je ne voulais pas qu'il tâche le canapé. Je lui demandai
-Tu en as beaucoup?
- Oui.
Mes questions le sidéraient je crois, sa voix était de plus en plus basse...
-N'en mets pas sur le canapé quand même, attends…
Mouillée pour mouillée... je glissai mes mains sur mes hanches et devant lui, retirai ma culotte. Ses yeux étaient lubriques. Puis je l'étalais à plat sur mes deux paumes devant sa queue. Il me regarda. Nous étions tous les deux face à face avec sa queue entre nous deux.

Moi assise toujours sur le canapé, lui agenouillé devant entre mes cuisses. Je trouvais ça bon, follement excitant, obscène... Obscène cette grosse verge bandée à l'horizontale, décalottée, luisante. C'était comme une troisième personne entre nous deux, même rattachée au corps de mon mari, je la considérais comme séparée de lui.
-Elle est grosse comme je l'ai rarement vu chéri, elle va en mettre partout faudra être prudent... vas-y...
Lentement comme aux anges, il se la prit et décalotta encore ce qui fit ressortir encore plus le gland. Nous regardions ça intéressés tous les deux comme devant une découverte.

Moi je savais déjà que ça me rappelait mon frère... ce que j'avais vécu avec lui et que sans m'en rendre compte, je venais de recréer avec mon mari. Toujours il veillait à se décalotter fort. J'aimais le voir dans cette position...
- Reste comme ça lui dis-je à un moment...
-Ça vient, ça vient...
- Reste chéri ne bouge plus, ça va sortir tout seul tu vas voir...
Il se lâcha la queue en me regardant. Je le regardais aussi tout excitée. Comme si c'était moi qui savait mieux que lui d'un seul coup. Nous vîmes sa queue tressauter toute seule.
- Tu vois ça va sortir tout seul...



J'approchais ma culotte près de son gland, humm j'attendais ce moment comme un calice... J'aimais, j'aimais...
En effet sa queue tressauta, il fit un geste de la main.
- Non laisse faire, chéri coule sans te toucher, ça va être meilleur...
Alors nous vîmes du jus blanchâtre, gluant, sortir du méat dilaté, mais sans être projeté et couler sous le gland et descendre sous sa queue, comme une lave. Hummmm j'adorais le voir comme ça. Puis un jet est sorti plus fort puis un autre. Autant que je le pouvais je tâchais de récupérer tout sur ma culotte. Le sperme passait par le tissu et venait mouiller et réchauffer mes paumes.


J'ai adoré cette scène...

rencontres sexy et plus encore sur JALF


bouche a perme sexi cam rencontre marseille sites rencontre rencontre nancy rencontre au Québec rencontre Brest plan cul webcam adulte blog fesses

Tous droits réservés - Réalisations TrémaR Inc. 2000-2015