rencontres libertines
rencontres libertines

rencontres libertines

rencontres libertines

Membres présentement en ligne

Paris, un samedi en été, en fin d'après-midi tranquille, sirotant une bière à la terrasse d'un café, perdu dans la lecture de mon journal. Un de ces moments calmes, trop rares, où l'on prend du temps à ne rien faire, n'ayant aucune idée de la suite de la journée. Et puis tout d'un coup, quand je relève la tête, je LA vois. Elle a dû arriver quand je lisais, je ne l'ai pas vu venir. Elle est à quelques tables de moi, à 6-7 metres, un peu décalée. Ce n'est pas son physique ou sa présence qui me fait "tilter", mais le fait que, en raison de nos positions respectives, j'avais une vue presque plongeante sur ses jambes et son entrecuisse ! Spectacle superbe, vue directe sur une culotte en dentelle blanche.

Géné au premier coup d'oeil, je détourne les yeux et plonge dans mon journal 2 secondes. Puis j'y reviens, et la regarde elle. C'est une belle femme, mince, brune, la quarantaine, elle est habillée simplement mais il se dégage d'elle une certaine classe : chemisier blanc, qui me semble cacher une belle poitrine, mais rien ne me permet de deviner si elle porte un soutien-gorge ou non, jupe sombre, talons hauts noirs. Sexy mais rien de provocant. Aussi discretement que possible, je re-regarde plus bas et contemple ses cuisses et son entrejambes. Elle porte par ailleurs des lunettes de soleil foncées, et je ne peux pas croiser son regard, ni même savoir si elle a vu que je pouvais la voir intimement.

Je n'y crois pas, ce genre de situation étant plus du registre, habituellement, du phantasme que du réel... D'un naturel docile, et en tout cas peu entreprenant, je ne sais pas que faire. D'autres mecs iraient la draguer moi, je ne sais pas faire. Mais du coup je phantasme sur elle et commence à sentir quelques titillements : une douce érection commence. Au bout de quelques minutes de ce jeu, je prends mon courage à 2 mains, je rédige un petit mot sur un papier et demande au serveur d'apporter à cette femme ce mot avec une coupe de champagne. Voici ce que je lui ai écris : "Chère Madame, le hasard, ô heureux hasard, vous a placé de telle sorte que vous m'offrez une vue magnifique sur votre intimité.

En guise de remerciements, veuillez accepter cette coupe de champagne."
Le serveur lui apporte. Elle lit mon message, aucun signe sur son visage, mais elle tourne la tête vers moi comme si elle me découvrait.Je la regarde, droit dans les yeux, mais je ne croise que le verre noir de ses lunettes. ... Elle redétourne la tête comme si je n'existais plus, mais je suis heureux de voir qu'elle porte la coupe de champ à ses lèvres et surtout qu'elle ne referme pas ses cuisses. Au contraire, je perçois un léger mouvement d'écartement. Au bout d'une minute, interminable, elle se lève. Je crains qu'elle ne parte, ou pire qu'elle ne m'insulte, mais non, elle se dirige vers les toilettes.

Quand elle revient, elle s'assied comme avant mais les jambes serrées. Elle me regarde, boit son champagne et esquisse un sourire, et ... écarte les cuisses. Là qu'elle n'est pas ma surprise, de voir que sa culotte a disparu et que j'ai en face de moi sa chatte nue ! Une belle chatte, dotée d'une petite toison noire, bien dessinée ! La salope, elle m'allume. Elle m'intimide mais me fait bander. Ma queue est maintenant bien dure. Puis je la vois prendre un stylo dans son sac et ecrire au dos de mon mot. Elle se lève et s'en vas, sans un regard. Je la vois partir puis vais chercher le mot. Je m'attends à un message du style "pauvre connard, va te branler", ou "désolé, faut pas réver".

Au lieu de cela, je lis "si tu es motivé, rejoins moi dans 10 minutes à l'adresse suivante :...! "
Je n'hésite pas, même si je ne sais pas trop où ça va, et me rends immédiatement à l'adresse indiquée. J'attends 7 minutes et monte les 2 étages annoncés. La porte est ouverte, j'entre. Je me retrouve dans une entrée spacieuse. Au milieu, un tabouret, un bandeau et un mot. Je reconnais son écriture "J'aime jouer. Si tu es prêt, deshabille-toi totalement, mets ce bandeau sur tes yeux et indique-moi quand tu as fini.Sinon, merci de partir immédiatement".
Je me retrouve nu comme un ver, les yeux bandés.

Le sexe débandé par le contexte intimidant mais pas totalement. Je lance un timide "je suis prêt". J'entends la porte s'ouvrir et elle s'approche de moi. Elle fait le tour puis me demande de passer dans l'autre pièce, qui doit être le salon.
- alors comme ça, t'as vu une belle chatte et tu te sens plus?
- oui
- ça t'a fait bander au moins ?
- oui
- mais là tu ne bandes plus on dirait! ne serais-tu qu'un voyeur minable ?
- non
- alors bande ! branle-toi ! branle-toi devant moi !
L'ordre est direct, cinglant comme une claque. Je prends ma queue dans la main et commence le va et vient.

Je la sens s'éloigner pour admirer. Je recommence à bander, puis je bande dur.
- continue, plus fort!
Je m'astique de plus belle, en un va-et-vient très rapide.
- j'espère que tu n'aimes pas seulement regarder, mais aussi lécher ?
- oui j'adore lécher.
- c'est bien. ton champagne m'a fait plaisir
- merci
- mais il m'a aussi donner envie de faire pipi. Continue à te branler, ne t'arrete pas sans ordre ou bien seulement si tu es trop près de jouir. Ne jouis pas sans ordre. J'espère que tu aimes qu'on te pisse dessus.
- je ne sais pas, on ne me l'a jamais fait.
- tu veux essayer ?
- pourquoi pas, ...

oui, je veux bien.
je calme le rythme de ma masturbation, pour ne pas jouir. Mon sexe est bien dur.
- c'est bien,
dit-elle en se rapprochant de moi. Elle me caresse le sexe, le branle doucement, comme pour me récompenser,
- tu es un bon toutou...si tu avais dit non, je t'aurais foutu dehors comme ça, avec tes fringues à la main! Viens approche-toi!
Elle me tire littéralement par la queue pour me faire avancer, puis m'arrete : mets-toi à genoux!
Je me mets à 4 pattes, je sens qu'elle s'assit sur un fauteuil ou canapé, tout pret de moi. Elle me prend la tête par les cheveux et me force à avancer le visage;
- aller, maintenant occupe-toi de me lécher.

et tache de bien faire !
Elle m'enfonce le visage dans sa chatte. Je suis d'abord innondé par son odeur. Une odeur douce, mélange d'un parfum de qualité, assez discret, et de l'odeur caractèristique d'une chatte qui a envie de plaisir. Je n'ai pas le temps de humer comme il se doit, car elle me presse le visage sur elle. Je pose ma bouche sur son clitoris et passe ma langue dessus. Quel délice! J'adore ça. Ce bouton qui semble fondre sous la langue, mais qui ne fond jamais, je l'embrasse, le contourne, le leche, le happe, l'embrasse, le releche. Je descends un petit peu la langue pour pénétrer dans son vagin.

Juste un peu à ce stade, juste pour gouter de sa liqueur. Je sais trop qu'il ne faut pas aller trop vite au fond, mais se concentrer sur le pourtour et surtout sur le clitoris. Mon expérience m'a appris que les femmes qui aiment être lechées longuement sont d'abord clitoridienne, ou en tout cas qu'il faut s'occuper longuement de leur clito. Je la lèche longuement, alternant passes sur son clito et dans sa chatte. Elle semble aimer, car elle se cabre, et n'exerce plus de pression, me laissant libre de mes mouvements. Je suce, lape et resuce. jamais je ne me lasserai de ce nectar.
Elle émet quelques soupirs, je continue de plus belle.

Sa voix feule, mais elle reste maitre d'elle et directive.
- c'est bien, continue, ne t'arrete pas sans ordre. Branle-toi si tu veux mais ne jouis pas!
Nous continuons comme ça un bon moment. Son jus coule à flot dans ma bouche, j'ai mal à la langue et à la machoire tellement je suce et leche, mais c'est bon. Je me branle et bande fort, mais suis obligé d'arreter pour ne pas jouir. Tout à coup, je sens qu'elle va venir complement. Elle se cabre, ses jambes entourent plus fortement mon cou, et je sens un flot de cyprine plus abondant me couler dans la bouche. Un orgasme manifestement fort l'envahit, puis brutalement, elle repousse ma tête loin d'elle.

Elle fait partie de ces femmes qui n'aiment pas être touchées durant les quelques secondes qui suivent leur jouissance. Je reste donc là, toujours à 4 pattes et les yeux bandés, et le sexe aussi, attentif à ses désirs. Elle laisse passer 1 ou 2 minutes puis se relève.
Sa voix est redevenue calme et claire comme avant :
- c'est bien, tu m'as bien fait jouir, tu es plutot doué avec ta langue. Je vais peut-être te garder. Relève toi, et viens t'allonger là sur le dos.
Elle m'amène à l'endroit indiqué, je m'allonge; je suis sur une sorte de linge ou drap épais. Elle marche autour de moi, ses pieds me frolent, et de temps en temps elle passe un pied sur mon corps, soit avec la semelle soit avec le talon.

Elle titille mon sexe dressé, le pique avec la pointe de son escarpin. Ici ou là, elle appuie plus fort avec son talon. Juste un peu, pour faire un tout petit peu mal, sans plus. Elle écrase mon sexe entre sa semelle et mon ventre
- tu bandes mon salaud! t'aimerais bien que je le fasse jouir ton petit sexe de merde, hein petite pute!
Elle relache la pression.
- Allez, branle-toi !
Elle m'enjambe, puis tout d'un coup je sens une chaleur envahir mon sexe, mes couilles, mon ventre et mon torse! Putain,elle me pisse dessus ! un grande giclée sur mon corps ! C'est incroyable l'impression que ça fait.

Ce mélange d'humiditié et de chaleur. Elle se retient puis me regicle dessus, sur mon sexe et mon torse. Ca fait un effet dingue, je bande comme un fou, je suis au bord de l'explosion.
- Allez, maintenant tu peux jouir, salaud !
Elle saisit ma queue raide et me branle à fond. Elle me fait presque mal à la bite et aux couilles tellement elle me branle fort, mais en fait c'est plus que bon. Je reçois une dernière giclée de pisse chaude, et submergé de plaisir je jouis comme un fou. Une vraie décharge électrique. Et mon foutre qui jaillit et me saute jusqu'au menton... Elle continue de me branler, histoire de bien me vider et de diriger le flot de sperme sur moi.

Elle passe sa main sur mon torse, innondé de pisse et de sperme.
Puis elle se redresse:
- Et bien, vu ta décharge, pas besoin de te demander si tu as bien joui !
Elle s'éloigne de moi.
Maintenant, tu vas retirer ton bandeau, tu trouveras, après la porte qui est à ta gauche une salle de bain si tu veux te doucher. Après, tu peux te rhabiller et partir. Rendez-vous demain à 18h !

Elle claque la porte avant que je ne la vois. Mes rencontres libertines avec cette femme me firent découvrir de nouveaux aspects de ma sexualité et de mes fantasmes.

rencontres libertines et plus encore sur JALF


annonces rencontres coquines région de québec dragueur renconte fantasme érotique couples erotiques rencontre aventure photo de voyeur gai chat rencontre contact couple cherche

Tous droits réservés - Réalisations TrémaR Inc. 2000-2015