rencontres Nord-Pas-de-Calais
rencontres Nord-Pas-de-Calais

Rencontres Nord-Pas-de-Calais

rencontres Nord-Pas-de-Calais

Membres présentement en ligne

Nous avions rendez-vous, disons le, une rencontres grivoise, cet après-midi là dans un fortin abandonné sur les hauteurs du Nord-Pas-de-Calais. Tu portais une jupe courte avec des bottes pour faciliter ta marche et un fin t-shirt se gonflant au moindre souffle d'air qui laissait entrevoir tes seins par une profonde encolure. C'est grâce à Jouer Avec Le Fantasme si j'avais appris ton existence. Ton profil avait attiré mon attention quant tu parlais de rencontre dans le Nord-Pas-de-Calais. J'avais une folle envie de mettre mes mains dans ton corsage et de te plaquer dos à moi. Le fortin fut en vue.

Nous devions y retrouver deux couples rencontrés en ligne et adeptes des jeux SM tout autant que de rencontres grivoise dans le Nord-Pas-de-Calais. L'entrée était maintenant visible mais nous dûmes descendre dans le fossé pour y accéder faute de pont-levis. Tu escaladas devant moi les pierres qui faisaient office d'escalier jusqu'à l'entrée. Juste derrière toi je pus contempler ta chatte libre sous ta jupe et ne pus résister à y glisser ma tête puis ma langue et constater par son humidité une excitation au moins aussi grande que la mienne. Nous étions maintenant à l'intérieur au niveau principal sans aucun autre signe de vie apparent.

De chaque coté de l'entrée partaient deux escaliers en colimaçon donnant accès aux niveaux inférieurs et supérieurs. Nous descendîmes, la luminosité était très faible, seul quelques rayons de lumière parvenaient par de lointains soupiraux. Alors que nous avancions vers cette clarté, je me sentis emporté en arrière en étant enlacé autour du cou puis un sac vint sur ma tête. Notre rencontres dans le Nord-Pas-de-Calais venait de débuter. J'entendis pousser un cri, ton cri et je me trouvais bandé de la tête aux pieds. On me poussa à terre puis on me traîna sur quelques mètres, puis plus rien. Je restais à l'écoute pour tenter de déchiffrer la suite, mais on entendait que des bruits de pas ou encore métalliques mais aucune parole n'était prononcée.

De longues minutes passèrent puis on vint me chercher, on me traîna à nouveau au sol puis on me fit asseoir et on ôta le sac qui masquait ma vue. Je te vis face à moi, à moins d'un mètre enchaîné bras et jambes écartés, la bouche bâillonnée, les yeux bandés. Ton sexe était à hauteur de mes yeux et je commençais à regarder nos hôtes. Ils étaient tous masqués, l'une des femmes était très forte et je ne pus m'empêcher de fixer son énorme poitrine rehaussée par une guêpière en cuir.
"Arrête de la mater, c'est d'elle que tu vas t'occuper" me dit l'un des hommes.
Et la femme à la guêpière s'approcha de moi et arrêta ses seins à quelques millimètres de mon visage et commença à retirer les bandages qui immobilisaient mes bras puis me tendit deux petites pinces métalliques.

"Pince-lui ses tétons" me dit-elle.
J'observais les pinces, deux petites mâchoires crantées et en essayant de les ouvrir, je me rendis compte qu'il fallait exercer une pression considérable...
"Fais-la couiner maintenant!" ajouta-t-elle.
Tes seins étaient à distance de mes bras sans me lever, je pressais fortement la pince pour ouvrir grande sa mâchoire autour de ton téton durcit par l'excitation et commençai à la refermer délicatement. Avant même que j'ai relâché la moitié de la pression, tu laissas échapper un couinement et te dégagea en bougeant ton buste. L'autre femme, beaucoup plus sèche, elle, s'approcha avec un fouet et frappa au niveau de ton sexe, les lanières heurtant ta vulve et te firent gémir à nouveau.

"Ne bouge plus jamais lorsque l'on t'applique les pinces" dit-elle. Et elle s'écarta. La grosse en guêpière te prit le sein et me le présenta. Je répétais l'opération d'ouverture et d'approche plus vite cette fois et fermais rapidement. Tu geignis cette fois-ci sans interruption et t'agitais sur tes attaches. La femme sèche s'approcha à nouveau et t'enfonça un gode au plus profond multipliant l'ampleur de tes couinements, que le bâillon ne couvrait plus suffisamment. Elle agita le gode en insistant sur la profondeur puis me dit:
"À toi, elle est prête, défonce-la!"
Ces paroles me firent bander un peu plus, je me levais et t'empalais.

Au même moment toujours, la femme sèche te posa la deuxième pince, tu tressautas de douleur et me fis jouir...

rencontres Nord-Pas-de-Calais et plus encore sur JALF


tchat room rencontres Colmar site libertin rencontre fisting de grosse femme rencontres amoureuses cocine baiser femme annonce rencontre coquine paris rencontre coquine Limoges

Tous droits réservés - Réalisations TrémaR Inc. 2000-2015