rencontre eure
rencontre eure

rencontre eure

rencontre eure

Membres présentement en ligne

Il faisait beau et chaud et par ce bel après-midi ensoleillé, nous avons décidé, ma femme et moi, de prendre notre petite décapotable et d'aller flâner sur les routes à la rencontre de la campagne de l'eure.



Il fait vraiment très chaud et nous avons donc tendance à pousser un peu la vitesse de manière à créer un courant d'air propre à nous rafraîchir. La route est droite et nous ne rencontrons aucun autre véhicule. On se croirait en plein désert. Les cheveux de Patricia flottent au vent; elle est vraiment très belle.



La vitesse nous grise, mais notre joie est de courte durée.

Nous voyons au loin, s'avançant sur la route, un gendarme qui nous fait signe de nous arrêter sur l'aire de stationnement qu'il vient de quitter.
Je n'en mène pas large. Sachant la vitesse à laquelle je roulais, mon sang se fige dans mes veines.



Gendarmerie Nationale, vos papiers s'il vous plaît! Me lance-t-il l'air sévère.



Et c'est avec quelques sueurs froides que je prends mon portefeuille dans la boîte à gants et, les doigts tremblant, je lui tends papiers du véhicule et permis de conduire. Ma femme est très attentive et, comme moi, elle attend la suite des choses.


Le deuxième gendarme est un peu en retrait, et notre "contrôleur" se dirige vers lui pour échanger quelques paroles et lui laisser las papiers en question. Pendant que le second va à la camionnette se trouvant cachée par un bosquet d’arbustes, il revient vers nous, l'air déterminé et me dit:



L'addition va être salée ! Vous risquez une très forte amende et des points seront retirés de votre permis.



Lorsqu'il m'annonce les chiffres je blêmis intérieurement et je bredouille:



- C'est la première fois que ça m'arrive! Vous pourriez passer l’éponge pour une fois !



- Malheureusement pour vous, le délit est trop grave pour cela.





A ce moment, j’entends ma femme dire au gendarme :



- On pourrait trouver un arrangement pour éviter l’amende et le retrait des points !



Là, je vois le visage du gendarme se durcir. D’un pas décidé, il contourne l’avant de la voiture, se place au niveau de la portière droite et lance :



- Madame, je ne vous éviterai sûrement pas le tribunal pour tentative de corruption !



Je nous imagine déjà au tribunal, condamnés à une amende beaucoup plus importante que celle encourue pour excès de vitesse, et pourquoi pas une saisie du véhicule …



Perdu dans mes pensées, je vois le bras de ma femme passer par-dessus la portière, et sa main se poser au niveau de la braguette du CRS.





Complètement surpris par ce geste, son visage reflète l’étonnement le plus total, pendant que la main commence un massage circulaire.



Ne sachant que faire ni que dire, je laisse ma femme continuer ce qu’elle a commencé.



Sa main continue sa ronde lascive et, par moment, je vois ses doigts se resserrer sur la bosse que fait le pantalon. Le représentant de l’ordre ne dit toujours rien. L’expression dure de son visage a disparu, et il regarde ma femme continuer sa caresse.



Puis, du pouce et de l’index, Patricia fait glisser la fermeture éclair de la braguette, et je vois sa main se glisser à moitié dans l’ouverture.

L’homme aspire de l’air profondément comme si allait en manquer bientôt et, pour stabiliser sa position, il pose une main sur le montant du pare-brise et l’autre sur l’appui-tête de ma femme.



La main a maintenant disparu à l’intérieur de la braguette, et on la devine entrain de faire le tour du propriétaire.



Moi, stupéfait par l’acte inconsidéré de mon épouse, je reste sans oser rien dire. Je suis comme dans un rêve, me disant que je vais bientôt me réveiller.



Soudain, la main ressort accompagnée d’un sexe en fort bonne disposition. Elle commence un va et vient le long de cette colonne de chair qui ne fait que durcir.





Dans un premier temps, le mouvement est lent, la main marquant un temps d’arrêt lorsqu’elle arrive au niveau du gland. A ce moment, l’homme pousse son bassin en avant, mais la main l’accompagne puis entame le chemin inverse ; elle veut garder l’initiative.



Les mains du gendarme sont crispées sur leurs appuis et son visage devient rouge.



Patricia se redresse sur son siège, tourne le buste sur la droite et je la vois avancer sa tête au-dessus de la portière. Elle approche ses lèvres de l’objet en question, sans le toucher, et en continuant les mouvements lents de sa main droite.





Sa main s’arrête, et dans le rétroviseur, je la vois sortir le bout de sa langue qui va titiller légèrement le gland et commencer une ronde délicieuse tout autour de lui.



Ses lèvres se referment et forment un collier à la base du gland, sa langue continuant toujours son manège endiablé. Sa nuque avance doucement, puis revient à sa position initiale s’arrête un instant, et recommence ses allées et venues langoureuses. Sa main droite passe entre les cuisses de l’homme et se saisit de ses bourses qu’elle malaxe fermement.



La respiration du gendarme s’accélère.

Ses deux mains s’emparent soudain de la tête de Patricia, et se mettent à lui imprimer un mouvement de plus en plus rapide.



Au bout de quelques dizaines de secondes, et comme piqué par un serpent, il se raidit, ses doigts se crispent dans les cheveux de ma femme, et il donne des coups de reins en avant en râlant. Il jouit abondamment, se répandant dans la bouche qui l’enserre.



Il lâche alors la tête qu’il tenait plaquée contre lui et recule d’un petit pas. Pendant que Patricia déglutit, il referme sa braguette et nous dit d’un souffle court :



Partez vite, je m’arrange du reste !



Encore tout abasourdi par le spectacle et avec la peur qu’il ne se ravise, je démarre aussitôt et m’éloigne au plus vite.





Ce n’est qu’au bout de quelques centaines de mètres que ma femme, après s’être recoiffée, me lance :



- Et nos papiers, nous les avons oubliés !



Ce n’est pas grave, lui dis-je, je téléphonerai à la brigade de
Notre ville et ils nous les renverront.



Nous avons ainsi continué notre week-end sans jamais reparler de ce contrôle de vitesse qui me laisse depuis, un peu plus attentif.



Mais si nous avions su ce qui allait se passer quelques jours plus tard ….

rencontre eure et plus encore sur JALF


esclave sexuelle masturbation amateur rencotnre rdv 14 rencontre érotique Sherbrooke rencontres strasbourg baiser rencontre libertine Isère rencontres homme femme rencontre coquine Deux-Sèvres

Tous droits réservés - Réalisations TrémaR Inc. 2000-2015