rencontre Île-de-France
rencontre Île-de-France

Rencontre Île-de-France

rencontre Île-de-France

Membres présentement en ligne

Aline commença à faire pénétrer le petit vibrateur dans son trou brun, frottant la vulve toute mouillée de Caro de son autre main. Tous les trois, nous étions amateurs de rencontre grivoise et habitions l' Île-de-France. Quand, via Jouer Avec Le Fantasme, notre site de rencontre préféré pour l' Île-de-France, nous avons fait connaissance, nous avons tôt fait de vouloir nous rencontrer pour de vrai... En fait, leurs deux mains se rejoignaient dans un mouvement de plus en plus frénétique. Je voyais la pointe du vibrateur s'enfouir dans l'anus de Caro, puis Aline le ramenait pour l'enfouir ensuite encore plus en profondeur.

Elle approchait alors le godemiché de l'anus et y laissa couler un peu de salive avant de commencer à l'enfoncer. Caro geignait toujours, et le godemiché, malgré sa grosseur appréciable, semblait pouvoir s'enfiler dans un anus dont je voyais clairement les mouvements de dilatation. Aline l'enfonçait de plus en plus, et le visage de Caro commençait à grimacer et à se tordre sous un mélange de douleur et de plaisir. Elle échappa mon manche, mais pour réclamer, à ma grande satisfaction :
-Allez, Jean, enfonce-moi un vrai pieu dans le cul, pas un de ces jouets de plastique. J'en veux un vrai, vas-y !
Je ne me fis pas prier, surtout parce que j'étais plus près que jamais d'une énorme jouissance.

Aline me laissa la place et je n'eus aucun mal à enfoncer le cercle brun de l'anus de mon pieu gonflé comme jamais il ne l'avait été. Aline se plaça devant elle, tirant légèrement sur la chaînette. Mes mouvements s'accéléraient et, au moment même où j'allais lâcher tout mon foutre, elle tira brusquement sur cette chaînette. Moi et Caro éprouvâmes un orgasme simultané. Aline ne lui laissa que quelques instants avant de la tirer par les cheveux vers le coin de la chambre où se trouvait la tuile blanche. Caro s'y laissa docilement conduire. Elle suivait à genoux, presque à quatre pattes, Aline qui la conduisait vers la surface de tuiles blanches.

En entrant, j'avais été quelque peu surpris par la présence d'un tel revêtement dans ce coin de la chambre. Je voyais la joie de Caro se dodeliner lentement pendant qu'elle suivait Aline. J'aurais voulu la monter, la saillir comme un étalon. Docile, ne sachant pas encore une fois à quoi m'attendre, je suivis les deux demoiselles. Jusqu'à maintenant, je n'avais pas été déçu de cette rencontre. Vive l' Île-de-France! Alors, j'acceptais d'être encore surpris. Décidément, malgré leur jeune âge, ces filles n'avaient rien de pucelles, du moins ici dans cette chambre. Elles auraient pu en apprendre à bien des hommes et des femmes de mon âge.

Elles faisaient en quelque sorte mon éducation : " Educating Jean ". Aline se rendit près d'une tablette de bois ayant la forme d'un quart de cercle et qui se trouvait rattachée au mur du coin, à environ un mètre du sol. Elle y prit une allumette, la fit craquer contre le côté de la boîte d'où elle l'avait tirée, et alluma avec elle les deux chandelles dont la base se trouvait coincée dans un étroit chandelier de porcelaine blanche. J'avais commencé à masser les fesses de Caro qui s'était immobilisée doucement. Aline se retourna alors et, avec une fermeté enrobée de gentillesse, elle lui demanda de se retourner et de se coucher le dos contre le sol.


-C'est un peu froid, se lamenta Caro.
-Ne t'en fais pas, nous allons réchauffer tout cela, répondit Aline.
Caro se retrouva donc allongée sur le dos, les jambes repliées. Aussi bien l'avouer tout de suite : sans être tout à fait un fétichiste, j'aime les jambes d'une femme, en commençant par les pieds. J'adore cette sensation que me procurèrent ses pieds agiles, appuyés contre mon pénis, et le retournant habilement l'un sur l'autre, les orteils se repliant parfois contre le gland, parfois autour de sa base et en arrière des testicules. De plus je voulais profiter au maximum de cette rencontre en Île-de-France.

Je caressais ses jambes, toutes douces. Pendant qu'elle opérait si savamment avec ses pieds, je me penchai pour embrasser ses cuisses chaudes et remonter vers la source humide de cette chaleur. Tout en me massant les couilles et le pénis, Caro parvenait à éloigner ses cuisses l'une de l'autre pour que je m'approche, avec mes baisers, des souples pétales de son sexe. Mes lèvres touchaient à peine à celles-ci, la langue venait à peine d'écarter légèrement ces pétales, que Caro émit un gémissement plaintif. Je levai la tête pour voir Aline, tenant une bougie légèrement inclinée au-dessus de la peau de Caro, verser avec soin quelques gouttes de cire autour de ses seins.

Je décidai de soulager cette douleur...

rencontre Île-de-France et bien plus encore sur JALF!


rencontre rencontre rencontre coquine Cayenne rencontre libertine Loire tchat room rencontre coquine Mayenne rencontred rencontre sensuele lyon femme humiliation BDSM filme erotique

Tous droits réservés - Réalisations TrémaR Inc. 2000-2015