hockey féminin
hockey féminin

hockey féminin

hockey féminin

Membres présentement en ligne

Mon amie et moi jouions au hockey féminin, la plus part des parties étaient locales, mais pour un certain week-end, nous étions à Lévis pour un Tournoi provincial. Jean, le frère de mon amie qui nous accompagnaient. Nous étions arrivés la vielle au soir afin d’être reposés pour le début du Tournoi. Pendant le voyage Montréal Lévis, Jean me regardait toujours par le rétroviseur et me faisait sans cesse des clins d’œil à l’insu de sa sœur assise à ses cotés. Lors d’une pause à une halte routière, mon amie s’assoit derrière car elle voulait dormir un peu, je ne me suis pas obstiner longtemps pour m’asseoir à coté de son frère.





Arriver à Lévis on prit une chambre double. Je partagerais donc le lit avec mon amie. Je ne pus dormir de la nuit, je rêvais de Jean, de la nuit à coté du feu. Cette nuit hantait mon esprit mais surtout mon bas ventre. Juste à y penser et je mouillais à chaque fois. Je n’avais pas eu le loisir de le revoir depuis l’été, et nous étions en novembre.



Je me levai pour aller à la salle de bain et en revenant je vis que Jean ne dormait pas, il me regardait en souriant. Je vis également un mouvement de va-et-vient sous sa couverture, il se masturbait. Alors sans penser que nous n’étions pas seuls je me suis glissée dans son lit.

Je lui pris son membre des mains et commençai à le masturber, il gémissait doucement, il ne voulait pas réveiller Melissa qui dormait dans le lit à coté. Il me dit de le suivre à la salle de bain, ce que je fis. Il s’est assis sur le bord du bain, je pris sa queue dans ma bouche et il me prit la tête pour donner le rythme. Toujours plus vite et plus fort. Et sans prévenir il explosa, son liquide se retrouva dans ma gorge, que j’avala. Nous sommes retournés dormir chacun dans son lit.



Le lendemain, lors de la deuxième partie, je fus blessée. Un mauvais placage. Jean m’amena à l’hôpital, j’avais une épaule de déplacée.

Le tournoi était fini pour moi. Je ne voulais pas assister aux autres matchs, l’envie de sauter sur la glace malgré ma blessure était trop forte. J’avais décidé de rester à l’hôtel. Seule dans la chambre je regardais la télé, quand je suis tombé sur le canal de vidéos érotiques. Une chaleur emmenait de ma chatte, j’étais excité par ce que je voyais. Doucement, j’ai glissé ma main dans ma culotte, j’étais toute mouillée. Je me déshabillai et entrepris de me donner du plaisir, avec mes doigts j’allai chercher ce jus et remontais vers mon clitoris avec, je me mis à faire des petits mouvements circulaires sur ce bouton.

Sans que j’entende, la porte s’était ouverte et Jean me regardait, il souriait de me voir jouer avec mon corps, il referma la porte avec assez de bruit pour que je sursaute.



Alors, il me dit : « tu n’attends pas ton mec préféré? ». Je ne savais pas quoi répondre, j’étais mal à l’aise de m’être fais prendre. « Tu te souviens de cette nuit sur le bord du feu, moi j’en rêve depuis des semaines » me dit-il. Si je me souvenais, il voulait rire, ça fait des semaines que j’attends une autre occasion. « J’ai très envie de recommencer. » ajoute-t-il.



Il sortit de sa valise un déshabillé semblable à cet été, mais celui-là était rouge.

Il me demanda de le mettre. J’exécutai. « Déshabille-moi sensuellement ». Une fois nue, je vis son membre qui pointait déjà vers le haut. « Suce-moi » C’était presque une plainte. Il ne me laissa pas finir la fellation, il me plaqua face au mur et me leva les bras en haut, mon épaule fit très mal mais le désir était plus fort que la douleur. Il entrepris de me caresser partout en s’attardant sur mon clito déjà gonflé par ma petite séance de masturbation solitaire. Quand je commençai à gémir, il me demanda de me taire, me retenir. C’est à ce moment que je sentis son pénis me pétrir les fesses, doucement je le sentis me pénétrer.

Avec douceur, je le sentis au fond de mon ventre et ressortie tout aussi doucement, c’était divin, une sensation de chaleur et de bonheur m’envahir. Il répéta son geste plusieurs fois et de plus en plus vite, il était devenu bestial et j’adorais ça, j’en voulais plus. Il se retira et me retourna brusquement, il me plaqua au mur et me leva, je croisai mes jambes autour de sa taille.



Après quelques minutes, il me laissa tombé sur le lit, il vint s’étendre, et me dit « Fais-moi la même chose que dans le films. » Il était étendu sur le dos, je me suis alors assise sur lui, commença un mouvement de va-et-vient, je le chevauchais rapidement.

À un moment, je me suis levé sur mes pieds pour me balancer de bas en haut, je penchai la tête pour voir sa queue me pénétrer, j’aimais le voir entrer et sortir de moi, ca m’excitait d’avantage. Il me fit tomber sur le coté, me releva une jambe et me pris sauvagement à plusieurs reprises. Et il finit par me mettre à quatre pattes pour me prendre par en arrière. Il était très animal et je me sentais défaillir. Nos gémissements et nos cris se mêlaient avec ceux du film érotique. Je tremblais de jouissance, il ralentit la cadence et me pénétra si brutalement à trois reprises dans un grand cri et s’écroula sur le coté, il était venu.

Il se leva et me dit : « La partie est terminée depuis 10 minutes, ma sœur va arriver bientôt ». Déçue, je suis allée prendre ma douche. En ressortant, je le croisai dans le cadrage de la porte et il m'embrassa tendrement, ce qui fut suffisant pour me redonner le sourire.

hockey féminin sur jouer avec le fantasme


rencontre quebec2 rencontre 52 site libertin cherche femme mariée femme cherche homme rencontres couple cam rencontres Montréal cherche rencontre Champagne-Ardenne rencointre

Tous droits réservés - Réalisations TrémaR Inc. 2000-2015