gay BDSM
gay BDSM

Gay BDSM

gay BDSM

Membres présentement en ligne

«Faites des rencontres gay BDSM, soft ou hard, réelle ou virtuelle sur Jouer Avec Le Fantasme!
Webcam, chat, forum et bien plus sont à votre disposition pour vous permettre des rencontrer des gens qui ont les mêmes désirs que vous! Allez-y, l'inscription est gratuite!»



Tu reçois mon mail. "Rends toi à l'hôtel Hilton, pour 14h. Monte à la chambre 440. Entre. Sur le lit, tu trouveras un bandeau. Mets toi nu, place le bandeau sur tes yeux et couche toi sur le dos dans le lit, bras relevés et jambes écartées". Ton coeur se met à battre très vite. Tu as peur. Encore quelques heures avant la rencontre.

Ton esprit est tout occupé à ce rendez-vous gay BDSM. Tu te demandes ce que tu vas porter. Eh puis tu dis que ça importe peu, car tu dois te mettre nu. Quoi? Je veux que tu te mettes nu, d'entrée de jeu. Tu ne me connais même pas, tu ne m'as jamais vu. Et moi non plus, je ne t'ai jamais vu. Et comme ça, dans une première rencontre gay BDSM, il n'y a pas le petit café sur une terrasse ou bien la séduction et le long déshabillement, sentir mes mains, mon vouloir, mon désir devenir de plus en plus fort que tout, et doucement, retirer les vêtements. Non. Je demande que toi tu fasses du premier coup ma salope.

Que ce soit toi la chienne qui se mets nu pour moi. Je ne te laisse aucune place pour discuter. Des ordres au premier contact. Et cette mise en scène pour faire de toi un objet, pratiquement comme une poupée gonflable, un corps allongé, les jambes écartées, t'offrant pour être pénétré. Oui je te veux comme une chose, un jouet pour mon plaisir. Tu veux manger, mais tu as l'estomac noué, tu n'arrives pas à rien avaler. Les minutes défilent. L'heure approche. Tu pars bien en avance. Tu ne veux pas être en retard. Te voilà tout prêt. Tu trouves un stationnement. Tu te rends à l'hôtel. Tu regardes l'heure.

Il est vraiment trop tôt. Tu t'installes sur un banc dans le petit parc qui fait face à l'hôtel. Tu regardes entrer les gens. Tu cherches à deviner si c'est moi cet homme qui entre. Tu te demande si tu seras le seul à vivre une rencontre gay BDSM dans cette hôtel. Tu as les lèvres sèches. Tu vas bientôt te lever et y aller. Ça y est. Tu entres et te diriges à l'ascenseur, appuis sur le bouton de l'étage. Les portes s'ouvrent. Tu vois le signe de sortie pour les escaliers. Pendant quelques secondes, tu penses redescendre, quitter cet hôtel, retourner chez toi. Les écriteaux qui disent les chambres de 400 à 420 dans une direction et de 422 à 440 dans l'autre.

Tu marches lentement vers la porte 440. T'y voilà. Tu tournes la poignée, la porte s'ouvre. Les rideaux sont tirés, en plein jour. Les lampes de chevet sont allumées. La climatisation fonctionne et tu te dis que tu auras froid, nu sur ce lit. Il est là, bien en vu ce lit et tu vois le bandeau sur les oreillers. Tu sais que ce n'est pas un rêve. Tu fermes derrière toi. Un bruit te parviens de la chambre de bain, bruit d'eau qui coule, de douche qu'on prends. Tu me sais là. Ton coeur qui bat si vite. Tu as si chaud. Tu approches du lit et comme un automate, tu commences à te dévêtir. Tout ce linge sexy pour moi qui se retrouve par terre.

Tu retires avec hésitation ton boxer. Tu es nu, dans la fraîcheur de cette chambre. Tu places le bandeau sur tes yeux, l'ajuste, le serre bien et à tâtons, tu te glisses sur le lit, plaçant tes bras au-dessus de la tête, en croix et tu te vois tranquillement écartant tes jambes. Un frisson te parcoure. Tes jambes qui glissent de côté sur ce couvre-lit soyeux, cette sensation si intense d'être une pute, offerte, qu'on peut prendre à sa guise. Le bruit de l'eau cesse. Tu entends de petits bruits, une présence, lointaine et tu la sens, de plus en plus proche. Tu me sais là, te regardant. Et puis une peur.

Tu ne sais pas si c'est moi qui est là, tu n'en es plus certain. Je déguste en voyeur ton beau corps. Je suis nu. De te voir ainsi, offert, obéissant à tous les détails, exécutant à la lettre toutes mes consignes fait venir en moi une érection si dure, si bonne. Tu sens ma main sur ta cheville, qui attache la corde et la tends. Tu sais que je t'attache. Tu as un mélange si grand de peur et de plaisir. Tu ne me connais pas. Je suis peut-être un maniaque, un fou dangereux. Non. Depuis le temps qu'on communique ensemble, depuis le temps qu'on prends bien soin l'un de l'autre, tu sais que je ne ferais jamais rien qui te mettes en danger.

Puis c'est cette sensation d'être attachée qui gagne...

gay BDSM, rencontre, webcam et bien plus encore sur JALF!


filme erotique sitophilie homme cuir clubs libertins annonces femmes cherche femmes recherche rencontre super coquines histoires herotiques homme libre rencontre coquine Loire-Atlantique

Tous droits réservés - Réalisations TrémaR Inc. 2000-2015