france rencontre
france rencontre

france rencontre

france rencontre

Membres présentement en ligne

france rencontre


histoire sexy gratuite pour vous:



Il était livreur chez D---Y, une grande entreprise présente sur toute la France et c'était la quatrième fois en deux mois qu'il venait livrer chez ce couple qui venait de s'installer dans le quartier avec deux enfants, de huit et dix ans.
Lors de la première rencontre, c'était le mari qui l'avait reçu; il avait juste aperçu sa femme qui s'occupait de ranger les cartons éparpillés dans la maison. Les enfants jouaient dans le jardin.
Les deuxième et troisième rencontres, des mercredis, le mari étant au travail, seule la maîtresse de maison l'avait reçue; les enfants eux couraient du jardin à la maison en claquant les portes.

La femme était assez charmante, et il lui semblait qu'il ne lui était pas indifférent; mais c'était probablement une illusion. De toute façon, sa timidité lui interdisait de discuter avec cette femme d'autre chose que de ce pourquoi il était ici. Mais il pouvait toujours rêver.
En ce début de mardi après-midi, il venait livrer un ensemble télé-hifi. Pendant qu'il commençait à déballer le matériel, la femme lui dit:
- Pendant que vous régler tout ça, je suis dans la cuisine. Vous voulez un café ?
Il accepta en la regardant s'éloigner. C'est vrai qu'elle était charmante dans sa robe à fleurs lui arrivant au-dessus du genou et qui laissait voir des jambes bien galbées.


Elle revint avec le café et commença à le boire avec lui. Du coin de l'oeil, il tenta de la dévisager mais il n'osait pas, il put juste voir la robe boutonnée devant, et le sourire de celle qui semblait s'amuser de son embarras.
Puis elle se leva et retourna dans la cuisine. Il se concentra sur l'installation du matériel, et quand il eut fini, il se dirigea vers la cuisine. La jeune femme était en train de préparer de la pâtisserie. Il demanda où il devait mettre tous les manuels des appareils. Sans se retourner, la jeune femme lui désigna du menton un coin du plan de travail propre situé tout à côté d'elle.

Il allait s'approcher. Son coeur se mit à battre. Elle continuait son gâteau; il posa les documents et soudain il sentit son parfum et faillit tomber. La voix mal assurée, il dit:
-Ca sent bon !
- Merci, c'est un fondant au chocolat pour ce soir, dit-elle sans se retourner.
- Je parlais de vous, Madame, hésita-t-il.
- Vous me flattez, fit-elle en lui décochant un grand sourire par-dessus son épaule, et elle replongea sur sa préparation.
Il s'enhardit et se rapprocha d'elle à la frôler. Il s'enivrait de ce parfum si attirant. Puis, pris d'une folie soudaine, il osa poser ses mains sur les hanches de la femme qui ne bougea pas, mais qui lui dit faussement surprise:
- Mais que faites-vous ?
- J'ai envie de goûter maintenant, et il se colla un peu plus à elle, approchant son nez de ses cheveux odorants.



Le trouble de la situation fit prendre du volume à son sexe, en respirant l'odeur de cette femme, ses mains descendirent peu à peu sur ses cuisses. Elle ne bougeait toujours pas, à peine si sa respiration s'accélérait. Lui était désormais libéré de sa timidité. Ses doigts remontaient maint enant sur le ventre de sa cliente, et vinrent se poser sur ses seins qu'il se mit à pétrir doucement, puis ses lèvres déposèrent des baisers furtifs dans son cou. Les mains de sa partenaire s'arrêtèrent de malaxer la farine et elle renversa sa tête sur l'épaule du livreur. Ils n'échangeaient aucun mot sachant tous les deux où ils allaient.


Il dégrafa les premiers boutons de la robe, en écarta les pans et fit jaillir une poitrine magnifique.
Aussitôt, ses doigts s'emparèrent des mamelons déjà durcis par le désir et les fit rouler entre ses doigts. Il sentit la jeune femme se serrer encore plus contre lui et il en profita pour frotter son bas-ventre à ses fesses. Soudain, il lâcha sa partenaire et s'agenouilla derrière elle, ses mains se posèrent sur ses jambes et lentement, très lentement, en effleurant à peine la peau, il remonta vers le haut. De sa bouche, il embrassa, par-dessus la robe, les fesses dans lesquelles il avait envie de mordre tellement le désir était fort.

Les mains passèrent sur le devant des cuisses et continuèrent de remonter vers la culotte. Là, les doigts stoppèrent leur avance et s'amusèrent avec l'élastique de la culotte.
Il pouvait sentir le corps de cette femme frémir légèrement, mais elle restait encore immobile. Ses doigts se saisirent enfin de la culotte et la firent descendre lentement vers les chevilles, tout en provoquant un délicieux frisson sur la peau de la dame. Puis les mains remontèrent plus rapidement et vinrent se saisir des fesses qu'elles malaxèrent sensuellement. La respiration de la jeune femme se fit entendre un peu plus, ce qui eu pour effet d'exciter encore plus le livreur toujours à genoux derrière elle.


Il passa sa tête sous la robe et plaqua son visage contre ce postérieur si alléchant. Ses mains saisirent sa partenaire aux hanches et lui plaqua les fesses contre sa bouche. Il la mordillait un peu, puis sa langue entra en action. En partant du haut du sillon fessier, elle joua avec la fente en redescendant vers les cuisses. Il sentit que la jeune femme prenait appui sur le plan de travail pour pouvoir se cambrer davantage et s'offrir encore plus à cette caresse qui la troublait.
L'homme laissa partir une de ces mains à la découverte de ce corps superbe. La main descendit sur la cuisse, passa derrière celle-ci, revint à l'intérieur et remonta vers le sexe parfumé de sa partenaire.


Sous la caresse précise, la femme eut un délicieux frisson, et écarta plus encore ses jambes pour laisser la place à la main fureteuse. Tout d'abord, les doigts ne firent qu'effleurer la délicate toison, puis la main remonta sur le ventre et alla, quelques instants, masser la superbe poitrine qui se durcissait sous la caresse. La langue continuait ses aller et retour entre les globes fessiers. La main se mit à redescendre vers la fourche qu'elle venait de quitter. Les doigts commencèrent à exercer une douce pression sur cette chatte qui commençait à mouiller. Le massage devenait plus précis, l'index s'insinua entre les lèvres et alla flatter le clitoris gorgé de désir.

La jeune femme poussa un gémissement de plaisir et se mit en appui sur les avant-bras, ce qui eu pour effet de faciliter l'accès de la langue au fond de sa raie. Aussitôt, le bout de la langue alla au contact de la rosette et la titilla vivement, arrachant un râle à sa propriétaire. La main de l'homme étant plaquée sur le sexe de la femme, il enfouit son visage entre les deux fesses rebondies et força sa langue à pénétrer plus avant dans l'oeillet ainsi offert.
Soudain, à travers les gémissements de sa partenaire il lui entendit dire:
- Oh oui, mets-la moi!
Excité au possible, il se leva d'un bond, baissa pantalon et slip, releva la robe jusqu'aux reins et s'approcha au plus près.

Son sexe bandé au maximum, glissa le long de la raie des fesses et le gland stoppa juste sur le petit trou. Il commença à exercer une légère pression, et sa partenaire l'encouragea par de petits "vas-y, vas-y!" haletants. N'y tenant plus, il lui agrippa les hanches et la pénétra d'un seul coup.
Elle poussa un cri de jouissance, et l'une de ses mains, passant entre ses propres cuisses, saisit les couilles de son copulateur. Celui-ci, encore plus excité par la caresse, se rua à l'assaut du cul magnifique de cette femme.
Soudain, il explosa en elle, et elle cria sa jouissance d'une voix rauque.

Il se coucha sur son dos et agrippa ses seins à pleines mains. Ils restèrent un moment immobile, puis il se retira. Au loin, la cloche de l'école se mettait à sonner.

france rencontre et plus encore sur JALF


rencontre discrete rencontrediscrete Québec rencontre foutre sitophilie rondes rencontre bretagne rencontre BDSM Lille rencontre libertine Haut-Rhin site de rencontre gay celibataire

Tous droits réservés - Réalisations TrémaR Inc. 2000-2015