femme soumise
femme soumise

Femme soumise

femme soumise

Membres présentement en ligne

C'est sur ce site que j'ai rencontré ma Louise. Je pris sa main et la pressa pour lui faire sentir un mélange de force et tendresse afin que ma femme soumise m’obéisse sans me désapprouver. En ce moment, Louise donnait l’impression d’être une personne incapable de réagir. Elle réagit de façon automate, comme une bonne femme soumise face à son dominant. Elle savait que j’avais déjà décidé de son sort et qu’elle ne pouvait rien y faire… Louise n’avait pas d’autre choix que d’agir selon mon bon vouloir, sans pouvoir contester. Elle donnait l’impression d’avoir la tête prise dans un étau. Comme si ses pensées étaient égarées aux quatre vents tel du pollen dispersé dans l’atmosphère.

Celui-ci voyage sans n’avoir aucun contrôle sur sa destinée. Il se doit de faire confiance au vent qui l’amènera là où il doit être. De la même façon, Louise était en train de remettre sa vie entre mes mains. Moi, un étranger qui la fascinait au point qu’elle était prête à ne plus rien me refuser et à ne rien décider. Je ramassai ma valise d’objets sexuels en passant et nous continuâmes notre chemin jusqu’à la chambre à coucher. Nous entrâmes dans une immense pièce où un lit majestueux, assez imposant, siégeait au centre de la chambre. Je la fis asseoir sur une chaise et plongea mon regard dans le sien.

Louise ne bougeait plus et restait sans voix. Ses fesses et ses cuisses étaient inondées de sa fontaine intérieure. Elle n’était plus maîtresse de rien, car son corps la trahissait, l’abandonnait et le poussait vers moi. Elle se sentait faiblir et rien ne semblait pouvoir l’empêcher de poursuivre sa descente vertigineuse qu’elle avait pourtant anticipée. Elle donnait l’impression d’être déchirée, à fleur de peau, mise à nue, un peu désespérée et avec aucun espoir d’être défendu. Ma femme soumise se sentit défaillir lorsqu’elle m’aperçut l’examiner intensément, la détailler dans ses moindres recoins et la fouiller du regard presque jusque dans son âme… Je m’approchai d’elle et lui dis:
« Jusqu’à maintenant, tes fantasmes innocents et enrobés de romantisme n’étaient que ceux d’une petite fille.

Tu viens de tenter le diable en souhaitant jouer dans la cour des grands sans en mesurer toutes les conséquences… Tu t’es aventurée seule sur un terrain où aucune loi ni norme n’est présente! Je suis désolé pour toi, très chère femme soumise, mais à ce stade-ci, il n’y a pas de retour possible! »
Le ton chaud de ma voix l’engourdit! Je la regardais avec un sourire de satisfaction sur les lèvres. Elle me trouva indécent et arrogant. Elle essaya de se lever et je la repoussai aussitôt avec force. Une bataille de regards dura quelques secondes avant qu’un éclair de triomphe brillât dans le mien tandis que le sien était rempli d’abdication.

Je lui saisis le bras et la fit se lever. Je lui ordonnai de se dévêtir et Louise voulut résister en disant:
« Non! »
Je n’insistai pas et passa à l’acte en lui enlevant, moi-même, le reste de sa robe. Puis, je l’emmenai jusque sur le bord du lit où je la fis s’asseoir. Je sortis un bandeau de ma valise et lui installai sur les yeux. Je lui demandai de se coucher sur le dos au centre de son lit. Elle s’exécuta sans opposer aucune résistance. Puis, je lui attachai les mains à la tête du lit avec des menottes que j’avais apportées. Je fis de même avec ses chevilles que j’attachai à chaque extrémité du pied de lit.

J’en profitai alors pour me déshabiller complètement et enlever ma cagoule. Pendant ce temps, Louise réalisait, qu’elle était maintenant enchaînée, offerte à ma vue et vulnérable comme jamais elle ne l’avait été. Depuis ses premières expériences sexuelles, Louise avait toujours été passive avec ses partenaires, même celles impliquant son mari, mais jamais de cette façon. Actuellement, elle était privée de ses yeux et de ses mains. Elle ne pouvait se fier qu’à son instinct, à ses sens et à son ouïe. Elle pouvait sentir la chaleur de mon corps et mon souffle tout près d’elle. Je me mis à caresser plusieurs parties de son corps dans l’espoir de découvrir ses propres zones érogènes dont je souhaitais éventuellement utiliser de façon stratégique tant pour le plaisir, la jouissance, le délire, l’hallucination ou la torture … J’utilisais toutes les manipulations que je connaissais comme les effleurements, les frôlements, les pincements, les tapotements et même les mordillements.

Je voulais faire en sorte que mes caresses et mes supplices désorientent complètement Louise. Je voulais lui démontrer qu’en ce moment, c’était moi qui étais le propriétaire de son corps. Elle devait plutôt se considérer comme une espèce de marionnette désarticulée...

femme soumise, BDSM, rencontre et bien plus encore sur JALF!


libertinage francophone rencontre Île-de-France annonce rencontre gratuite sexe rencontres sexy rencontre sur nantes rencontre sans tabous pisse célibataires paris tchat webcame chat érotique

Tous droits réservés - Réalisations TrémaR Inc. 2000-2015