érotique gratuit
érotique gratuit

érotique gratuit

érotique gratuit

Membres présentement en ligne

Lorsque Caroline vint m’ouvrir la porte, j’eus le souffle coupé : elle était somptueuse dans sa nuisette de satin tendue sur ses seins généreux. un somptueux spectacle érotique et gratuit en plus! Un grand sourire illuminait son visage. « Bonjour Pascal, entre » Ces quelques mots me firent revenir à un état de conscience normal et j’entrai en lui tendant la bouteille de champagne que j’apportais. « Mets-toi à l’aise, installe-toi, je vais la mettre au frais. Jean-Luc est encore sous la douche. » Je me posai dans un grand canapé de cuir noir et souple très agréable au toucher. Sur la table basse, l’apéritif était préparé.



Un grand mec souriant au crâne rasé fit son entrée. Nous échangeâmes une solide poignée de main, puis il vint s’asseoir sur un pouf, en face de moi. Quelques banalités plus loin, Caroline nous rejoignit et vint s’asseoir tout contre moi. « Alors comme ça, on a envie de goûter aux plaisirs du triolisme ? » me lança-t-elle en plantant son regard incandescent dans le mien. - Tout à fait, chère Caroline, répondis-je et je ne suis pas déçu de vivre ma 1ère expérience avec vous : vous êtes beaux tous les deux et vous avez l’air plutôt sympas. –Tu sais, reprit Jean-Luc, c’est notre 1ère fois à nous aussi.

Je tombais des nues ; Sur Internet, ils s’étaient présentés comme un couple expérimenté. - On avait peur de tomber sur un malade. J’étais un peu soulagé, je n’avais plus de complexe.
« Buvons à cette vérité rétablie » proposai-je. Je fis sauter le bouchon en direction de Caroline en faisant semblant de ne pas la maîtriser et de le laisser s’échapper dans son décolleté. – Oh ! Mince, je l’ai perdu !. Je glissai un doigt sous le tissu, l’entrebâillant et plongeai mon regard sur ses seins déjà tendus. –
Hummm, je sens qu’il n’est pas loin… - Tu brûles dit-elle en souriant. Je le récupérai sur son ventre en frôlant son téton au passage.

J’emplis sa flûte et la mousse était sur le point de déborder quand elle trempa largement son doigt dedans pour la stopper puis le tendit à lécher à Jean-Luc. « Chez nous on fait comme ça… » Ajouta-t-elle d’un air gourmand. – Très intéressante coutume commentai-je en emplissant rapidement le verre de son compagnon qui fit de même avec sa mousse débordante. Je finis par le mien et les mêmes causes produisant les mêmes effets, je lui présentai mon index qu’elle lécha consciencieusement, en y mettant même une grande sensualité plutôt excitante. Nous trinquâmes au plaisir de cette soirée qui s’annonçait prometteuse.


Jean-Luc était venu nous rejoindre sur le canapé et laissait sa main glisser sur la cuisse gauche de sa femme. J’en fis autant sur sa cuisse droite. Caroline acquiesce en basculant la tête en arrière : « Humm… ça fait longtemps que je rêve de quatre mains jouant sur mon corps… » « …et deux bouches … » ajoutai-je.
« Il paraît que le champagne c’est très bon pour la peau ; au 19ème siècle, les dandys prenaient des bains de champagne » lançai-je. – Peut-être, me répondit Jean-Luc, mais là, ça va quand même être difficile d’en trouver assez. – On peut peut-être essayer un traitement localisé ? Proposai-je.

– Oh oui, dit Caro saisissant la balle au bond. Elle fit tomber sa nuisette, dévoilant son buste magnifique et, se penchant en avant, ajouta : « faites moi tremper les tétons dans vos verres ». Nous nous exécutâmes. - Ouah ! ! ! C’est froid, fit-elle, léchez les moi maintenant. Chacun de notre coté, nous nous mimes à jouer de la langue sur ses tétons ragaillardis par le divin breuvage. Elle gémissait doucement de plaisir, la tête basculée sur le dossier du canapé, ouvrant lentement ses cuisses à nos mains exploratrices. « Je mouille, je mouille terriblement lâcha-t-elle dans un souffle, venez sur le lit.


Elle nous entraîna tous les deux par la main dans leur chambre, défit le lit et s’allongea au bord, jambes pendantes. Jean-Luc qui était déjà en petite tenue, la pénétra d’un coup, lui arrachant un gloussement de plaisir. Tandis que je finissais de me déshabiller, ils continuèrent à faire l’amour devant moi. Je les regardai un moment puis je m’agenouillai derrière la tête de Caroline, lui présentant mon sexe qu’elle commença à téter puis avala goulûment pendant que je lui caressai les seins. Nous sentant tous les trois au bord de la rupture, nous nous retirâmes. Jean-Luc s’allongea pour faire une pause.

Caro en profita pour lui proposer sa vulve à lécher et ils partirent dans un 69 terriblement excitant à en juger par leurs soupirs communs.
Derrière elle, je lui massai le dos, les reins puis les fesses et les cuisses. Jean-Luc m’appela : « vas-y maintenant. Je présentai mon sexe et m’introduisit rapidement. « Oui, c’est bon, vas-y » exulta-t-elle. Je commençai un va et vient infernal tandis qu’il s’occupait de son clito avec la langue et il le faisait bien si j’en croyais les râles de plaisir qu’elle émettait.
Trempant un doigt dans mon verre de champagne que j’avais posé sur la table de nuit, je vins le poser sur son anus.

« Hummm… qu’est-ce que tu fais ? » me demanda-t-elle, comme si elle n’avait pas compris. – J’essaye d’étendre notre nouvelle technique, lui soufflai-je à l’oreille puis je me retirai pour commencer à lécher son petit trou qu’elle m’offrait eu creux de ses fesses cambrées au maximum. Jean-Luc avait arrêté de jouer sur son clito et Caroline était maintenant empalée sur lui. Je continuai à lubrifier abondamment son petit trou et osai y glisser un doigt. « Hummm… c’est trop bon… » gémit-elle n’arrêtant pas son va et vient sur le pieu de son mari. « Viens avec ton sexe maintenant. » Elle arrêta de bouger et m’ouvrit ses fesses.

J’y présentai mon gland et, l’appuyant contre l’orifice, j’entrai tout doucement. Elle poussa un cri. – Je te fais mal ? lui demandai-je. – Non, non, c’est fort, c’est tout. Viens complètement. Je poussai mon avantage et enfonçai lentement mon sexe au plus profond d’elle. Jean-Luc reprit doucement son va et vient tandis que je me balançai en cadence contre les fesses dressées de Caro. L’orgasme fut fulgurant et presque simultané pour chacun de nous. Nous nous écroulâmes et laissâmes nos corps s’apaiser lentement en continuant à caresser Caro de nos doigts et de nos bouches. Nous nous quittâmes plus que satisfaits de cette 1ère expérience et de ce super moment passé ensemble.


érotique gratuit et plus encore sur JALF


couple d'hommes exhibition rencontre coquine Gironde femme fontaine couple annonces échangisme Paris sex bondage rencontre coquine Haute-Vienne plaisir anal bukkake asiatique

Tous droits réservés - Réalisations TrémaR Inc. 2000-2015