draguer
draguer

draguer

draguer

Membres présentement en ligne

Ce matin, je suis allée faire quelques courses et sur le coup de midi je suis entrée dans un salon de thé qui fait d’excellentes salades. L’endroit est très agréable et assez intime. J’y vais assez souvent pour prendre un café ou un thé. Il faut dire qu’il se trouve dans une vieille demeure et qu’il possède des caves voûtées dans lesquelles ont été installés des petits coins repas absolument charmants. Une décoration de bon goût vient compléter le tableau.


Malheureusement il n’y avait plus de place en bas. Je me suis donc contentée d’une table au rez-de-chaussée près de la vitrine.




Je dégustais mon repas tout en pensant à des choses pas très avouables et je sentais une certaine excitation lorsqu’un petit coup sur la vitre me fit lever la tête. C’était un ancien voisin qui passant par-là m’avait reconnu. Je lui fis signe d’entrer et sans se faire prier il vint à ma renconte.
« Bonjour Marie, je te dérange dans tes pensées ? » Je me dis que s’il en connaissait la teneur il en serait certainement surprit…


Il me fait ensuite une remarque sur la brillance de mes yeux. Il faut dire qu’il a toujours était un peu dragueur. Je me sors de la situation par une pirouette et il n’insiste pas.

Un peu plus tard je sens son pied contre le mien. Est-ce le hasard ou utilise-t-il ce truc vieux comme les rues et un peu ringard ? Pour en être sure je ne retire pas le mien. Il devient de plus en plus charmeur dans ses propos. Pas de doute il me drague… Je le regarde droit dans les yeux pour lui faire comprendre qu’il ne doit rien espérer de ce coté mais son regard si doux me fait comme un frisson au creux des reins. Comprenant instinctivement ma faiblesse passagère il pose sa main sur la mienne. La pensée que « je me le ferais bien » me traverse l’esprit et au lieu de lui dire non j’ai le malheur de dire que ce n’est pas raisonnable.


Il prend ça pour un encouragement et met une main sur ma cuisse. Je lui retire et cette fois je dis non. Il n’insiste pas mais continu à me draguer.


L’heure tournant et malgré que je ne trouve pas si désagréable que ça de me faire draguer, je décide qu’il est temps pour moi de partir.


Il paye l’addition et me raccompagne jusqu’à ma voiture. Je prends congé en lui faisant la bise et lui, au lieu me faire de même se saisit de ma bouche. Et moi je réponds à son baiser. La grosseur que je sens contre mon ventre, ses mains qui me caressent au travers de mes vêtements en disent long sur l’envie qu’il a de moi.

Heureusement que j’avais garé ma voiture dans un endroit calme…


Après ça plus moyen de reculer (et plus l’envie non plus) je l’emmène chez moi.


A peine avons-nous passé le seuil de la porte qu’il me prend dans ses bras et m’embrasse à nouveau. Ses mains passent sous ma jupe et me caressent les cuisses. Je sens mon ventre se nouer délicieusement. Il remonte jusqu’à mes fesses…Quelle bonne idée j’ai eu ce matin lorsque j’ai mis un string vert…Il les prend dans ses mains…il m’excite le salaud !


Si je ne l’arrête pas tout de suite, il va me baiser debout, là, dans l’entrée…


J’hésite une seconde pour savoir si je l’entraîne dans le salon ou dans la chambre.




A ce stade de l’histoire, je dois avouer une chose. J’adore tromper mon mari dans le lit conjugal. Je trouve ça encore plus excitant. Et les soirs qui suivent mes ébats adultères je me dis : « si tu savais ce que ta petite femme, que tu crois si sage, a fait aujourd’hui dans ton lit, si tu savais tout ce qu’on lui a fait … » et ça m’excite…


Vous aurez donc compris que c’est vers la chambre que nous nous dirigeons…


A peine arrivée dans la chambre, je prends la direction des opérations. Je défais son pantalon et en fais sortir une queue « prometteuse ». J’aime les sexes longs et fins qui se glissent plus facilement que les grosses bites qui ont parfois du mal à entrer et qui peuvent rendre certaines pénétrations douloureuses.




Je me mets à genoux devant lui et le prends dans ma bouche. Je le suce du mieux que je peux en prenant moi aussi du plaisir dans cette fellation. Sentir cette bite qui s’enfonce dans ma bouche de plus en plus profondément m’excite. Je me rends bientôt compte de l’effet que ça fait sur mon amant d’un jour. Le pauvre a du mal à se retenir et si je n’arrête pas il va jouir dans ma bouche risquant ainsi de me laisser sur ma faim !!!


Il a du avoir la même pensée car il fait en sorte que je me redresse, me prend dans ses bras et m’embrasse.


Rapidement nous sommes nus et allongés sur le lit.




Ses mains sont partout sur mon corps, pendant qu’il m’embrasse dans le cou avant de descendre sur ma poitrine. Il emprisonne mes tétons entre ses lèvres tout en faisant glisser une main dans mon entre-jambes. C’est divin ! Je suis très mouillée et ses doigts trouvent facilement l’entrée de ma chatte. D’abord un puis deux qui me masturbent délicieusement. Je bouge le bassin pour l’aider à me faire du bien.


Sa bouche quitte mes seins, passe sur mon ventre et arrive sur ma toison où elle joue un peu avec mes poils avant de s’emparer de mon sexe. J’écarte au maximum mes jambes pour lui offrir sans pudeur toute mon intimité gémissante de plaisir.

Il suce mon clitoris, aventure sa langue dans mon vagin, lèche ma chatte sur toute sa longueur faisant glisser de temps en temps sa langue vers un endroit interdit.


Le salaud m’excite de plus en plus et j’ai une furieuse envie qu’il me baise. Je lui demande alors de me mettre sa queue. Il se couche sur moi et s’enfonce d’un coup de reins. Que sa queue est longue ! Quelle rentre profondément dans ma petite chatte ! Que c’est bon d’écarter les cuisses pour se faire baiser !
Je veux jouir maintenant.


Mais je ne jouis vraiment bien qu’en chevauchant mes amants. Aussi, je me dégage et me mets à califourchon sur lui.

Je prends sa queue dans ma main et je la place moi-même là où il faut. Je m’empale dessus jusqu’à sentir qu’elle ne peut pas aller plus loin.


Que c’est bon une queue qui me prend pour la première fois !


Je me couche complètement sur lui et, avec de grands coups de bassin je m’enfonce sa queue rythmiquement. Il ne faut pas longtemps pour que je jouisse. Ce premier orgasme ne me suffisant pas je continue à bouger. Il a la bonne idée de caresser mon dos. J’adore. Lorsque ses mains arrivent sur mes fesses et les pelotent en les écartant, je jouis une seconde fois.
Lorsque je suis très excitée, je peux jouir plusieurs fois d’affilé.

Dans cet espoir, je continue à m’enfoncer sur sa queue. Le cochon vient titiller mon anus du bout du doigt. Je lui suggère de l’enfoncer. Je le laisse aller et venir dans mon cul avant de reprendre mes mouvements. Mes meilleurs orgasmes sont dans cette situation, une bonne bite dans la chatte et un doigt dans le cul. Dans ces moments là, il m’arrive même assez souvent de prononcer des mots crus du style : « baises ma petite chatte de salope, fais moi jouir avec ta queue comme une pute… » et j’aime que mes amants utilisent les mêmes termes. Lui, le comprend et se met à me traiter de chienne en chaleur, de pute bonne à baiser, de sacrée salope etc.

Ca a pour effet de me faire jouir une troisième fois.
Après, je me calme et reprends mon souffle.
Il n’a pas retiré son doigt, je lui demande donc de le faire. Il me répond qu’il le remplacerait bien par sa queue. A vrai dire, vous êtes tous les mêmes, vous les hommes. Vous voulez toujours profiter de la porte de derrière.


Excitée comme je le suis, je ne lui refuse pas ce plaisir. Il veut le faire à quatre pattes mais je n’aime pas trop cette position. Pour être sodomisée, je préfère être couchée sur le coté.


Je prends donc cette position et il se couche derrière moi.

Je sens sa queue passée entre mes fesses à la recherche de mon petit trou. Pour l’aider, je m’en saisie et la place contre mon anus en lui demandant d’y aller doucement. Même si je ne déteste pas cette pratique dans certaines occasions, il faut dire que ça fait toujours un peu mal au début. Encore une chose dont vous ne vous rendez pas compte. Allez-y doucement au début pour nous laisser le temps de nous habituer.


Là, j’ai de la chance, ce n’est pas une brute. Je le sens qui s’enfonce tout doucement dans mon petit orifice. La base du gland me fait un peu mal lorsqu’elle passe mais dans l’ensemble c’est plutôt pas désagréable.

Il a juste la bonne taille pour moi…


Quand il est bien entré, il me demande si ça va. Je lui réponds qu’il peut y aller. Commence alors une sodomie dans les règles.


Il entre dans mon cul jusqu’à ce que je sente ses couilles tapées sur mes fesses et revient en arrière presqu’à sortir de moi. Si au début il baise mon cul avec douceur après un certain temps, il le fait sans ménagement. « Tu aimes ça te faire enculer hein salope! » me dit-il. Que voulez-vous que je réponde si ce n’est : « oui » ? Je le confesse volontiers, ça m’a bien plu…


Oui j’aime bien parfois être sodomisée ! Pas seulement parce qu’à quelques occasions j’ai jouis comme ça, mais aussi parce que je sais que peu de femmes se laissent faire.

C’est donc aussi pour marquer ma différence de telle sorte que ceux qui me prennent par-là pensent de moi que je suis une salope. J’aime ça ! Si c’est pour donner à mes amants ce qu’ils ont à la maison ou si c’est pour qu’ils me fassent ce que mon mari me fait, ça n’a pas d’intérêt ! Alors quand je prends un amant, il finit souvent par m’enculer pour notre plaisir à tous les deux.


Lorsque ses doigts viennent en plus pénétrer ma chatte, je sens que la jouissance n’est pas loin. J’accompagne ses mouvements avec mon bassin. Ca devient presque bestial. Il me donne de grands coups de bite et moi des grands coups de bassin pour qu’il s’enfonce encore mieux.




Je m’accroche aux draps pour essayer de jouir comme ça sachant que ces orgasmes sont toujours très forts. Mais ça ne veut pas venir. Je lui hurle d’y aller encore plus fort. Il me prend alors par les hanches et, excusez moi l’expression, me défonce le cul. Mais rien n’y fait. Je suis au bord de l’orgasme mais il ne vient pas…


Par contre, lui ne peut plus se retenir et je le sens « vider ses couilles » dans mon cul. Même si à chaque giclée le diamètre des queues augmente, ouvrant davantage nos petits trous, l’impression n’est pas désagréable.


Je le laisse jouir complètement en moi avant de me coucher une dernière fois sur lui pour me calmer définitivement.




Pendant cet ultime orgasme, je sens que son plaisir sort de mon anus qui doit être grand ouvert. Il faut que j’aille prendre une douche avant de laisser des traces de mon infidélité…


Je viens de m’envelopper dans mon peignoir lorsqu’il entre dans la salle de bain et, se collant derrière moi, m’avoue le plaisir qu’il a eu à me baiser. Il en profite pour glisser une main dans mon peignoir et me caresser d’abord le ventre puis les seins. Je sens sur mes fesses que sa queue est encore en érection. Il se frotte sur moi et mine de rien je me recule vers lui. Il réussit à défaire la ceinture de mon peignoir.

Les pans s’ouvrent largement l’autorisant à venir caresser les poils de ma toison. Ne s’arrêtant pas là, il glisse une main vers mes fesses, puis d’un geste il écarte le peignoir dévoilant complètement mon postérieur. Je sens son sexe passer entre mes cuisses. Visiblement il a encore envie de me baiser. Je les écarte et immédiatement il pénètre à nouveau en moi. Je m’installe confortablement en prenant appui sur le lavabo et je le laisse faire. Il est déchaîné et ne me ménage absolument pas.
Je sens qu’il va bientôt jouir. Venant de me laver, je n’ai pas envie de recommencer. Aussi je me dégage et le forçant à s’écarter, je m’agenouille devant lui pour le prendre dans ma bouche.

Je le suce du mieux que je peux (et certains disent que je ne m’y prends pas trop mal) pour lui donner ce plaisir supplémentaire. Il met alors ses mains derrière ma tête et « baise ma bouche » Bien que n’aimant pas beaucoup ça je le laisse faire un peu. Je sens sa queue qui s’enfonce de plus en plus loin dans ma gorge et j’ai peur d’étouffer ! Je me dégage et le prenant dans ma main je le masturbe tout en passant ma langue sur son gland.


Ce qui devait arriver arriva ! Je reçois une première giclée au fond de la gorge et une seconde sur mon visage. Bien qu’il ait déjà jouit, son éjaculation est importante et me couvre bientôt la langue et le visage.




Pour quelqu’un qui ne voulait pas se laver une seconde



draguer et plus encore sur JALF


rencontre érotique Vaucluse rencontres coquines rencontre libertine Savoie sexe Saguenay JALF sexe gratuit Basse-Normandie libertinage quebec club couple libertin rencontre érotique Montérégie webcam Paris

Tous droits réservés - Réalisations TrémaR Inc. 2000-2015